Blog

SudWeb 2012 : Notre retour

Les 25 et 26 Mai 2012 s’est tenu SudWeb à Toulouse avec pour sa deuxième édition : le Vendredi 25 une journée de conférences et le Samedi 26 des laboratoires plus techniques.

Nous n’allons pas détailler le programme car il est visible sur Sudweb.fr et les présentations sont centralisées petit à petit sur Lanyrd. On aura abordé les sujets de statut d’un lead développer, de vendre des méthodes Agile, de la place d’un intégrateur dans une équipe web, de l’optimisation de chargement des pages sur les sites à fort trafic, de la  représentation de l’individu sur les sites communautaires, de tests navigateurs avec CasperJS, des entretiens d’embauche, de l’intérêt de contribuer à l’open source … bref pour tous les métiers et les niveaux !

La seconde journée a été consacrée à des « élaboratoires », un mot spécialement créé pour l’occasion ! Plusieurs salles en parallèles avec des sujets divers et variés d’échanges autour de thèmes particuliers. Entre tables rondes, partage d’expérience, travail et échanges autour d’outils, ateliers … il y en avait pour tout le monde. Un programme ouvert où chacun a pu proposer les sujets autour desquels il souhaitait échanger a rendu la journée vraiment adaptée aux participants, ce qui nous semble suffisamment rare pour être souligné !

Dans l’esprit (mais pas copie) de Paris web et la continuité des apéro Web mensuels à Toulouse (@aperoweb_tlse) que nous pratiquons maintenant depuis un an, nous avons retrouvé ici le même esprit avec plus de monde (toute la France) et plus de temps pour aller plus au fond des choses. L’échange entre participants a été facilité tout au long du weekend, rendant les échanges informels au moins aussi enrichissant que les conférences.

Il nous semble essentiel, comme à tous les acteurs du web, de participer à ce genre d’évènements car outre la qualité des interventions proposées, c’est la richesse des rencontres humaines possibles à ce moment là qui permettent d’explorer de nouvelles voies, de se remettre en question, de tester de nouvelles technologies et trouver de nouveaux partenaires, voire des emplois ou des employeurs selon votre situation.

Certains trouveront les prix élevés, c’est relatif. Rappelons que l’évènement est organisé par une association à but non lucratif, donc par des bénévoles qui ont du déployer pendant plusieurs mois des ressources énormes pour rendre ceci possible.
Rappelons également que les tickets incluent tous les repas de la journée et de quoi grignoter et boire à chaque pause.
Enfin, les orateurs ne sont pas rémunérés mais uniquement défrayés sur une base forfaitaire pour leur déplacement, ce qui est la moindre des choses.
Pour faire baisser les prix il faut des sponsors, et les sponsors apprécient que l’évènement soit bien rempli. Il nous appartient donc de soutenir ces premières éditions en étant présent, voire si possible de faire jouer nos relations pour leur apporter des sponsors. Nous, acteurs du web, nous nous devons de soutenir cette manifestation singulière pour  lui permettre de prendre son envol et de devenir plus accessible l’année suivante, il en va de la culture de notre profession. Quelques dizaines d’euros en plus de notre seuil psychologique, ce n’est pas grand chose, ne pas équilibrer les comptes de l’association SudWeb c’est la fin de cette aventure, alors on se serre les coudes en 2013 ?

Note aux organisateurs : Nous sommes comblés et vous remercions pour avoir rendu ces journées possibles. C’est parfait, ne vous prenez pas la tête sur des détails, l’important c’est la force de ce que vous avez créé, les connexions humaines enclenchées et renforcées.
Merci et bravo !

Nous ne pouvons nous empêcher d’inclure la vidéo du Marshmallow Challenge improvisé  par l’agiliste Pablo Pernot lors de l’élaboratoire du Samedi. Cela donnera un aperçu de l’ambiance du week-end. Le but est de travailler en équipe, pour avoir au bout de 18 minutes le marshmallow le plus haut avec la seule aide de spaghettis et de scotch … Grâce à notre Stéphane national, Occitech était représentée dans l’équipe victorieuse d’un challenge aussi stressant qu’intellectuel (comme vous pourrez le voir). Pour nourrir le troll nous dirions simplement que ceci n’a rien d’étonnant : en tant que développeurs PHP nous avons l’habitude du code Spaghetti ! :-)