Blog

Mon stage chez Occitech : retour d’expérience d’Alexa

Alexa a passé deux mois et demi en stage chez nous. Voici son retour d’expérience.

 

Un stage, c’est cool. C’est pour beaucoup une première expérience professionnelle. Ce fut le cas pour moi, et pour clôturer mon DUT Info j’ai choisi faire mon stage de fin d’année chez Occitech. De mon arrivée à mon départ en passant par le jacuzzi et ReactJS, voici mon retour d’expérience.

Pourquoi avoir choisi Occitech ?

Un site web sympa, des locaux pas loin de chez moi et une équipe qui paraissait ouverte et intéressante. Je voulais essayer de faire du web (chose à laquelle j’ai peu touché en IUT) donc une boîte de 5 personnes qui ne fait que ça, ça faisait rêver. De plus, être dans une petite équipe me permettait aussi de me faire une place, ce qui aurait été difficile dans une grande entreprise. Et puis j’ai trouvé que les valeurs qui transparaissent sur le site (sans compter le café…) se rapprochaient de celles qui me tiennent à cœur : la curiosité, la solidarité… Bref, un fonctionnement basé sur l’humain.

En quoi consistait ton stage ?

Je voulais du web ? J’ai eu du web. Plein, avec des nouvelles technos et tout. Quand je suis arrivée, on m’a proposé de prendre en main ReactJS (en ayant fait très peu de JavaScript). Mon stage consistait donc à découvrir tout cet écosystème en me penchant sur un prototype produit “Front-Commerce”. Le principe est simple : proposer un thème réactif facilement maintenable et évolutif basé sur des plates-formes e-commerce proposant une API (en commençant par Magento2).
J’ai pris un peu de temps pour gérer tous les nouveaux outils qui m’étaient proposés en travaillant sur un outil de monitoring interne (pour les formules d’hébergement). À travers ce projet, j’ai pu comprendre les principes de base de React et utiliser la syntaxe ES2015, tout en utilisant des outils SUPER puissants comme Git et Docker.

Quels ont été pour toi les plus grands défis sur toute la durée de ton stage ?

J’ai un peu envie de répondre ”le stage”… Déjà, arriver dans une nouvelle entreprise, c’est un peu comme démarrer une nouvelle vie, et c’est d’autant plus vrai en tant que stagiaire. N’ayant jamais eu d’expériences en entreprise auparavant, débarquer chez Occitech m’a mis une grande claque dans pas mal de représentations du monde du travail que je m’étais faites. Oui, une réunion, ça peut être sympa. Non, la comptabilité n’est pas fermée à tous. Oui, on peut avoir envie d’aller travailler le matin. Oui, on peut bosser à fond puis profiter d’un jacuzzi après avec les collègues en week-end de co-working… J’ai pu réellement ouvrir les yeux sur la culture d’entreprise : chacune est vraiment particulière et véhicule les valeurs qui lui sont chères.

Un des plus gros défis auquel j’ai fait face à été l’appréhension de nouvelles méthodes et de nouveaux outils, c’est aussi un pas à franchir. Quand j’ai créé mon premier composant React, j’étais un peu comme ça :

Ahuri
Une nouvelle approche par composants, une SPA, une nouvelle syntaxe, autant dire que j’étais un peu perdue. Du coup, j’ai eu l’occasion de faire du pair-programming (en codant à deux sur une machine) avec de vrais développeurs afin de réellement me familiariser à la création et l’écriture, contrairement à l’outil de monitoring. J’ai pu comprendre les choix de conception afin d’en faire moi-même plus tard.

Enfin, j’avais quelques problèmes de confiance en moi et j’avais peur que travailler sur un projet interne me fasse rester dans ma bulle. Pourtant, j’ai toujours eu l’impression que mon travail était reconnu, pris en compte, bref, de ne pas faire du code jetable. De plus, travailler sur un projet interne ne veut pas forcément dire rester dans son coin ! En effet, que ce soit pour des démos à des clients ou à d’autres développeurs, j’étais toujours encouragée à fournir une application plus performante, jolie, avec plus de fonctionnalités. Bien que ça m’ait provoqué des coups de pression et un léger stress, j’ai pu valoriser mon travail et réellement comprendre l’impact direct que j’avais sur le projet. Même si l’équipe ne pouvait pas travailler au quotidien sur ce projet, on a réussi à organiser des hackathons sympas où tout le monde travaillait dessus, parfois même en pair. Raison de plus pour me sentir impliquée dans ce que je faisais ! Aussi, l’équipe fonctionne par pull requests : dès que quelqu’un développe une nouvelle fonctionnalité, l’ensemble des développeurs relit le code et donne ses conseils, que ce soit au niveau du style de code ou des moyens utilisés. En plus de garder continuellement une vision sur les projets, ça m’a personnellement permis de progresser énormément grâce à des retours directs sur mon travail.

Et après ?

En arrivant en stage, j’avais encore quelques doutes vis-à-vis de mon orientation. L’informatique était un peu mon choix de secours et j’ai eu du mal à trouver ma place dans ce milieu. J’hésitais donc à me réorienter vers une filière artistique. Maintenant, plus du tout. Ce stage m’a fait découvrir plus que l’informatique : toute la communauté et l’esprit qu’il y a derrière. J’ai pu participer à plein de petits évènements comme les ToulouseJS ou les AperoWeb, ou de plus importants comme SudWeb ou l’OpenGento Toulouse. En plus de rencontrer énormément de personnes, ces évènements m’ont permis d’en apprendre plus sur les métiers, le domaine du développement web et les différentes personnalités qu’on y retrouve, mais aussi sur moi-même et ce que je voulais faire plus tard. Grâce à tout ça, je n’ai plus aucun doute sur mon avenir professionnel !

Qu’est-ce qui t’a le plus plu ?

ABSOLUMENT TOUT ! Non, plus sérieusement, si je devais trouver les 3 points les plus positifs de ce stage, ce serait :
Les valeurs que j’y ai partagées : je me suis sentie chez moi du début à la fin, que ce soit par les moments ou fins de journées partagées avec l’équipe ou juste l’ambiance traduite par ces valeurs humaines
Les technos utilisées : presque sans avoir fait de web auparavant, j’ai pris en main une des librairies les plus à la mode en ce moment, React. Mais pas que ! J’ai pu utiliser (et comprendre pourquoi c’était cool de les utiliser) des outils comme Git et Docker, ce qui va grandement influencer ma façon de gérer l’environnement de mes futurs projets.
L’ouverture d’esprit : en me poussant à toujours plus de curiosité et de veille personnelle, j’ai pu découvrir une nouvelle approche par rapport à ma formation, tout ce que celle-ci m’apportait concrètement et mon désir de poursuivre sur cette voie.

Pour finir, je voudrais remercier toute l’équipe d’Occitech pour leur accueil… Merci pour vos conseils. Merci pour votre bonne humeur. Merci pour tout !